Halte au bétonnage sauvage

Le collectif Ami des Cèdres invite tout citoyen a venir marcher à leur côté pour protester contre l’urbanisation anarchique et irraisonnée à Saint-Leu.

Notre association soutient cette marche.
Venez nombreux pour rappeler à la mairie que les constructions à Saint-Leu ne peuvent se faire sans concertation avec les citoyens, et surtout, que la ville (et la majorité) est responsable et possède des outils pour contrôler l’urbanisme.

 

2 réponses à “Halte au bétonnage sauvage”

  1. Le Groupe d’Action « Saint-Leu l’Insoumise » (STLI) soutient l’initiative de cette marche citoyenne.
    Pour autant, il regrette que les personnes du collectif qui en sont à l’origine ne se soient pas manifestées quand la France insoumise (LFI) a lancé à son initiative une campagne pour la préservation du charme du centre-ville, dès octobre 2017. Décidant d’agir en réaction à une plaquette Verrecchia distribuée à grande échelle, STLI n’a jamais été contacté pour élargir l’échelle de la mobilisation.
    On reprochera sans doute à notre initiative de paraître trop « politique ». Mais enfin, constituer un collectif pour lutter contre un projet jugé néfaste, n’est-ce pas « faire » de la politique ?
    Rappelons que LFI s’est donnée comme objectif, partant du constat que seules les luttes fédérées ont une chance de succès, d’en être un des vecteurs. À ne se mobiliser que si l’on est soi-même directement concerné par une catastrophe, on prend le risque de se priver du soutien des personnes à qui l’on n’a pas prêté main forte alors qu’elles en auraient eu besoin.
    Enfin, nous nous étonnons que vous ne relayiez pas la tenue d’une réunion publique, le 20 mars (20 h 30, à la Croix Blanche), alors que ce serait l’occasion de montrer avec force la volonté de résistance d’une population unie.

  2. Bonsoir,

    La très belle manifestation de ce matin et le positionnement éclairci du Collectif «  »Ami des Cèdres » nous obligent tous maintenant à travailler ensemble pour contrer à la fois les projets en cours et non démarrés et trouver des alternatives car il faut chercher à répondre aux besoins réels de la population saint-loupienne et francilienne.

    Il faut définir tout un projet à long terme où la municipalité ferait jouer son droit de préemption et où nous définirions un cahier des charges que les promoteurs immobiliers devront respecter.

    Il faut gagner que les nouveaux bâtiments ne dépassent pas plus de 3 étages avec au dernier étage des appartements un peu plus grands appelés attiques pour des familles plus fortunées.

    Il faut inverser la proportion en faveur des logements sociaux pour qu’ils représentent 2/3 des nouvelles habitations.

    Pour cela il faut par exemple réaliser des opérations tiroirs en commençant par reconstruire les bâtiments publics que sont la salle de la Croix Blanche et le foyer Clairefontaine, qui ne pourront être détruits qu’une fois leur remplacement effectif assuré.

    Il faut s’opposer à la destruction de la maison de la Musique et du parc qui la borde pour garder ce petit ilôt de verdure, de ballade et de jeu pour les petits.

    Il faut exiger la construction de parkings souterrains avec des bornes électriques mixant places pour les habitant-e-s des nouveaux bâtiments et places pour les habitant-e-s alentours permettant ainsi de supprimer le stationnement dans les rues du Centre-ville où il faut élargir les trottoirs et réduire la vitesse de circulation à 30 km/h (si possible créer une piste cyclable en éloignant les nouveaux bâtiments du bord de route , mettre les trottoirs couverts par ces bâtiments, …)

    Les solutions sont multiples! Alors trouvons les et menons la concertation avec la population pour mettre en oeuvre celles qui lui conviennent le mieux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.