Notre visite de l’exposition Verrechia-Billet du projet d’immeubles sur l’îlot Croix-Blanche

Madame Billet présente cette exposition comme son projet. A l’entendre, il serait radicalement différent du premier. Comme vous peut-être, à l’issue de notre visite, nous avons eu un sentiment de mieux par rapport à ce qui avait été annoncé en mars… Mais à y regarder de plus près, hormis la réintroduction d’un bâtiment pour les associations, cette vaste mise en scène dans un garage désaffecté n’a-t-elle pas été faite pour duper les saint-loupiens ?  
Compte tenu de l’ambiance de la 1ère présentation du projet par le promoteur Verrechia le 20 mars 2018, Mme le Maire a opté pour une exposition « à ciel ouvert », au cours de laquelle élus de la majorité et salariés de la société Verrechia nous ont vanté à l’unisson les mérites de cette nouvelle mouture. L’exposition ne s’est pas tenue bien longtemps : deux sessions de quelques heures au fond du parking de la Croix-Blanche imposées aux saint-loupiens et non interactives comme le 20 mars. Et pour les malchanceux n’ayant pu s’y rendre, une « visite  virtuelle », mais très partielle est sur le site de la ville.

Que révèle cette démarche ? Qu’il n’était pas question pour la majorité Billet-Meurant de laisser les saint-loupiens s’emparer de cette exposition. Impossible donc d’y avoir accès sans être accompagné, et sans le discours bien travaillé et formaté, avec les éléments de langage de la société Verrechia et de cette majorité.

La vidéo mise en ligne sur le site de la ville ne présente qu’un tiers des 16 panneaux de l’exposition. Elle dure cependant 23 minutes et fait la part belle aux contrevérités et approximations. Décidons Autrement Saint-Leu dénonce depuis longtemps la posture de Mme Billet qui se déclare différente de celle de M. Meurant. Il n’en est rien, elle se positionne exactement dans la même lignée que son prédécesseur. D’ailleurs, ce nouveau projet a-t-il été « intégralement revu » ? NON !

Non ! Toujours pas de décision pour les habitants, mais un projet « rafistolé » entre le maire et le promoteur à huis clos
Non, toujours pas d’appel d’offres pour un véritable projet de ville
OUI ! Toujours le même promoteur omniprésent sur la ville
Non, pas de logements sociaux pour faciliter l’accessibilité aux jeunes et familles les plus fragiles.

Arrêtons-nous tout de suite sur ce dernier point… On nous annonce une diminution du nombre de logements. Mensonge et manipulation !

AVANT : 180 à 190 logements     /     APRES : 160 à 170 logements

L’écart ne représente pas 2 étages de moins…   

AVANT : 9 bâtiments R+3+combes. 15 à 18 lots chacun. Si vous comptez comme nous, cela fait 135 à 162 logements…et non 180 à 190…Serions-nous en période de soldes où les prix gonflent artificiellement pour montrer – ô combien–  la réduction est importante ?

Notre visite de l’exposition en vidéo

Décidons Autrement Saint-Leu, dont les élu.e.s se battent pour plus de transparence et de concertation, pour un partage honnête de l’information, vous propose ici sa visite de la fameuse exposition, et vous donne accès aux panneaux.

En résumé

Cette nouvelle expérience de communication de notre mairie et de la société Verrechia montre définitivement plusieurs éléments notables :

  • Un cadeau supplémentaire de Mme la Maire à Verrechia de « l’un des derniers centres-villes traditionnels de la  vallée  de Montmorency. » (extrait OAP)
  • Réécriture des faits du passé et de l’histoire pour influencer une vision tronquée des saint-loupiens
  • Embellissement du détail et éviction du fond réel
  • L’impact nuisible est minimisé

Non, il n’est pas trop tard pour faire entendre nos divergences et exiger l’abandon du projet Verrechia au profit d’une véritable étude du centre-ville.

Les parcelles appartiennent toujours à la ville et c’est le conseil municipal qui prendra la responsabilité de vendre ou non ces terrains au promoteur…

Si comme nous, vous considérez que ce projet n’est pas celui des saint-loupiens, rejoignez-nous, aidez-nous à le contrer.

Décidons Autrement Saint-Leu-la-Forêt !


(Photographies prises par des téléphones, veuillez donc excuser la qualité de l’image).

1) Présentation historique du projet

Cliquer sur l’image pour agrandir

Ce panneau omet la rénovation de la salle de la Croix-Blanche inaugurée en 1998, financée avec le concours de la région.

Mme Billet parle de « rafistolage ». L’équipe en place à cette époque appréciera.
Mais surtout, bien que l’année 2007 figure pour le début de la préemption, il n’est nullement fait mention de l’étude d’urbanisme commandée par l’équipe de Jean Le Gac, et enterrée par l’actuelle majorité sitôt son arrivée au pouvoir.

Pourquoi ? Que sont devenues les études urbaines ? Quels autres projets ont été proposés ? Nous n’en saurons rien.

La révision du PLU est datée de 2015 (sic) avec des « règles strictes ». Rappelons ici que les règles d’urbanisme qui prévalent aujourd’hui relèvent du PLU révisé en 2016 et voté en 2017La date de 2015 ici présentée est surprenante. Est-ce un lapsus révélateur ? En effet, M. Verrechia avait dès 2015 fait l’acquisition d’une parcelle sur l’îlot… 
L’OAP de 2016, votée en 2017 et donc aujourd’hui en vigueur, stipule, quant à elle, précisément pour l’îlot Croix-Blanche : « Les orientations  d’aménagement  définies pour  ce  secteur ont  pour  objectif de permettre  le développement   urbain   du  centre-ville,   au   regard  de   sa   fonction  de centralité,   tout  en l’encadrant,  afin  de préserver ce qui fait du centre-ville l’un des derniers centres-villes traditionnels de la  vallée  de Montmorency. » Or, qu’a fait la majorité sur cet îlot ? Elle vote un PLU qui découpe une zone spéciale UAD, autorisant jusqu’à 16 m 50 la hauteur totale des constructions (contre 12 auparavant) et jusqu’à 70% d’emprise au sol les constructions possibles. Elle exonère cette zone de la règle favorisant la mixité sociale, et n’impose aucun logement social dans le futur projet Verrechia… Elle ne met pas même un espace vert protégé sur le Charme au Loup… Mme Billet a beau jeu, ensuite, d’accuser la préfecture de vouloir le bétonner.

2) Place de la Forge

« Remplacement d’un immeuble par une maison de ville »…« Agrandissement de la place »…« nouvelle place agrandie »…Il ne s’agit pas de comparer l’existant et le projet, mais de comparer le projet décrié de mars et celui d’aujourd’hui.

La place qui existe aujourd’hui ne sera évidemment pas agrandie une fois les immeubles construits. Actuellement, le parvis de la Croix-Blanche fait plus de 500m2. En mars, on annonce une placette de 18X19 m, soit 342 m2 (abusivement comparés alors aux 500 m2 de la place de la mairie), on lui ajouterait dans ce nouveau projet (mais pas de cotes visibles sur les dessins) une bande de 70 m2 le long de la rue de la Forge…

« Création d’un retrait de 3 mètres sur 2 niveaux ». Les fameux deux étages qui devaient disparaître se retirent en trompe-l’œil.

3) Place du Général Leclerc

« Agrandissement de la place » – Suppression des bornes enterrées (passées de mode ?) – ajout de volets (ouf !)- « élargissement du porche ».

Les deux dessins n’ayant pas le même angle et les cotes n’apparaissant pas, difficile de constater les « agrandissements »…

4) Parvis de l’Eglise

« Suppression d’un niveau de bâti, alignement des volumes sur le patrimoine existant ».

Il ne s’agit pas d’une suppression mais d’un retrait (voir II : place de la Forge)

L’immeuble fait toujours un niveau de plus que celui qui existe aujourd’hui (Société Générale).

5) Porche et sente piétonne

Le dessin laisse entrevoir une perspective « versaillaise ».
Un beau trompe-l’œil sur la perspective et profondeur sur notre parc du Charme au Loup…

6) Entrée du parc du Charme au loup

On constate des améliorations en périphérie (suppression des poubelles, ouf ! – kiosque), mais on constate surtout combien le parc devient le jardin de la résidence Verrechia, avec ses quatre niveaux de fenêtres sur cour (plus terrasse), aujourd’hui, aucune fenêtre sur le parc.

Quid des futurs habitants gênés par les activités de nos jeunes et enfants bruyants ?

Silence est fait sur la suppression de l’aire de jeux, ici remplacée par un immeuble.

7) Espace Clairefontaine

Très peu d’éléments sur cet espace qui doit être recréé. On peut s’interroger sur le coût de la destruction du bâtiment, à sa façon témoin de l’histoire de la ville, et aux modalités de rachat par la ville après la cession au promoteur et les travaux.

Voici en tout cas la réalisation d’un équipement public sans appel d’offre…

Quelques questions essentielles se posent :

Où est le comparatif rénovation / destruction + reconstruction (puisque la surface utile sera identique…)?

Qui sera propriétaire du « nouveau Clairefontaine » ?
La mairie va-t-elle devoir racheter ce bâtiment municipal à Verrecchia ? À quel coût ? Va-t-elle devoir le louer ? Beaucoup de zones d’ombre…

8) Avenue de la Gare

On note que les accès au parking se feront tous (entrée et sortie) de ce côté, contrairement à la première mouture. À côté de l’école de musique, donc.

Quelles répercussions sur la circulation dans cette rue ?

Quelle assurance sur la sécurité des piétons, et en particulier des enfants se rendant à l’école de musique ?  

9) Espaces verts

Nous vous recommandons de regarder ce panneau en détail. L’agrandissement de la place rue Leclerc est de 70 m2 (pour une place publique, c’est très petit !) par rapport au projet de mars.

Le panneau mélange allègrement les surfaces végétalisées et les surfaces accessibles au public afin de présenter un bilan flatteur : 1200 m2 d’espaces verts ou végétalisés dont 160 sont des « cœurs d’îlots » privatifs, et 15 m2sont les arbres à « grand développement » de la placette orientée nord rue Leclerc. Ce qui est intéressant, c’est de constater que sur une surface totale de plus de 5000 m2, 1200 seront végétalisés soit environ 25% seulement !

Le panneau met en valeur une fois 25 m2 et une fois 20 m2 grâce à la suppression des bornes enterrées, c’est-à-dire des poubelles, initialement prévues aux deux entrées du parc…

10) Avant / Après

Un panneau inexact (voir plus haut le nombre de logements initialement annoncés). Et à compléter avec la situation réelle aujourd’hui, ou bien avec un projet alternatif à construire en véritable concertation.

11) Atelier organisé par la ville

C’est la dimension participative ! Une fois le bétonnage de M. Verrechia bien ficelé, Mme leMaire aimerait avoir votre avis sur ce parc. On attend toujours, un mois après l’atelier, ses conclusions

On remarque toutefois que la partie où se trouve aujourd’hui l’aire de jeux sera construite et qu’une autre parcelle derrière sera rendue en compensation… Au profit de l’intérêt général ? Ou pour accommoder le constructeur…

12) La salle de spectacle

Un beau dessin d’architecte qui nous ferait presque croire que le calendrier fièrement annoncé dans le journal de la ville (construction d’une nouvelle salle pour 2019) sera tenable.

En réalité, le projet n’en est qu’à ses balbutiements. La ville ne possède pas encore tous les terrains nécessaires, rien n’est arrêté sur ce qui sera réalisé (restaurant ? crèche ? commerces ? professions libérales…), de l’aveu même des élus. Mais encore… Comment financer un tel projet ? Quels partenaires (région, DRAC) ? Et surtout, enfin, quel projet culturel pour convaincre de l’utilité d’un bel équipement, et pour le faire fonctionner ? Rien de tout cela n’est encore à l’étude… Mais annoncer la destruction de la Croix-Blanche sans heurter les saint-loupiens nécessitait de montrer quelque chose, on le comprend bien.

13) Repérage des panneaux

Utile pour comprendre ce qui est dessiné.

Une réponse à “Notre visite de l’exposition Verrechia-Billet du projet d’immeubles sur l’îlot Croix-Blanche”

  1. Voilà un article très solide pour démontrer que nous nous devons de continuer à agir, tous ensemble avec les St-Loupien.ne.s!

    Mais justement, il en reste au constat et n’offre malheureusement aucune perspective commune.

    Premier manque: quelle action immédiate pour empêcher le projet Verrechia? Pour ma part, il me semblerait urgent de lancer une pétition à l’adresse des conseillers municipaux pour qu’ils ne votent pas la vente des terrains concernés au promoteur préféré de la ville.

    Deuxième manque: quel projet alternatif? S’opposer est bien mais il est encore mieux d’avoir des contre-propositions.

    Troisième manque qui en fait devient évident si on réfléchit à un projet alternatif: dans quelle vision de la ville inscrivons-nous chaque projet de quartier? Sujet qui doit aussi inclure notre environnement proche comme la forêt et les villes voisines.

    Je pense qu’il est donc plus que temps d’organiser une réunion publique pour commencer cette réflexion globale, en préparant cette réunion au préalable pour apporter des idées car il n’est jamais bon de partir avec une feuille blanche. Cela devrait permettre aussi à chaque force organisée sur la ville de fournir son point de vue et ses propres propositions.

    Il faut absolument miser sur la coopération et l’intelligence collective, à l’heure où celles et ceux qui ont le pouvoir ne cessent d’utiliser la plus vieille arme à leur disposition, à savoir diviser pour continuer à régner.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.