Consultation publique du Plan Climat Air Energie Territorial

Notre Communauté d’agglomération Val Parisis nous propose, du 26 juin au 30 août 2019, de participer à une consultation citoyenne pour connaître nos problématiques, nos pratiques au quotidien et leur faire part de nos propositions.

A noter, qu’il est tout de même dommage que la ville, en plein Agenda 21, ne relaye pas cette concertation à échelle territoriale.

Chacun a un rôle à jouer : participez à la concertation publique sur le futur Plan climat du territoire de Val Parisis.

Pour répondre au questionnaire en ligne : Cliquez ici

Pour en savoir plus : www.valparisis.fr/article/agir-pour-la-transition-ecologique-et-energetique 

Le Plan Climat Air Energie Territorial en quelques mots

Val Parisis élabore actuellement son Plan Climat Air Energie Territorial (PCAET), projet territorial de transition écologique. Il s’agit d’un outil de planification ayant pour objectif de lutter contre le changement climatique (atténuation et adaptation) et d’améliorer la qualité de l’air. Le PCAET est une obligation réglementaire mais c’est surtout une nécessité stratégique et citoyenne. 

Une réponse à “Consultation publique du Plan Climat Air Energie Territorial”

  1. Bonjour,

    Voilà une consultation de la plus grande importance. Dommage qu’elle se déroule en plein été alors que nos concitoyen.ne.s ont besoin de se ressourcer, justement de changer d’air comme on dit et d’oublier un peu toutes leurs difficultés quotidiennes.
    Mais il faut s’en saisir individuellement et collectivement! Que chaque citoyen, que chaque organisation s’y penche pour apporter son eau au moulin: cette diversité des connaissances et des points de vue ne peut-être qu’une richesse à ne pas du tout négliger.

    En allant sur le site de Val Parisis avec le lien fourni dans l’article, il s’avère qu’une des principales questions concernées par le PCAET n’est pas du tout citée: à savoir que le PCAET doit également prendre en compte dans son élaboration le SCoT (Schéma de Cohérence Territoriale) permettant ainsi d’intégrer les dispositions relatives à un urbanisme (mobilités, consommation d’espace, respect de l’armature urbaine, …). Ce qui n’est pas le moindre des sujets aujourd’hui dans nos communes respectives!

    Il est aussi révélateur comme le signale l’article que notre commune a bien plus qu’un train de retard puisque les déclinaisons de ce nouvel outil réglementaire ne sont pas sans rappeler les dispositions des démarches Agenda 21 – bien antérieur donc au PCAET.

    Le règlement du PCAET établi en 2016 indique qu’ il doit concerner les inter-communes de plus de 50 000 habitants dès 2017 et celles de plus de 20 000 habitants au 1er Janvier 2019. On constate donc aussi un certain retard à l’allumage pour notre inter-commune qui compte plus de 276 000 habitants début 2019, à moins que les premiers travaux ne soient restés confidentiels, ce qui pose au passage le problème de l’information redescendue par nos élus inter-communautaires – qui, rappelons le, sont des élus municipaux de chaque commune composant l’inter-commune -dont les libéraux souhaitent faire le premier niveau territorial en faisant disparaitre les communes comme ils veulent faire disparaitre les départements au profit des très grandes régions ou d’immenses métropoles -en somme un missile contre la démocratie de proximité, comparable à la volonté de réduire le nombre de parlementaires à l’Assemblée et au Sénat, si bien que ces derniers ne pourront plus avoir de temps pour retourner dans leur territoire d’élection!

    Enfin, et ce sera ma préoccupation majeure, un PCAET devrait être aussi la déclinaison territoriale d’un plan national, puis régional, puis départemental qui fixent des orientations, des objectifs, des critères de mesures et d’appréciation et fournissent des moyens d’actions pour les adapter au territoire concerné dont les habitants au sens large sont les mieux placés pour agir du fait de leurs connaissances spécifiques, à commencer par celles historiques qui peuvent s’avérer très utiles pour élaborer des solutions pérennes et efficaces.

    En effet, il semble déraisonnable de faire croire que les solutions ne peuvent provenir que des citoyens qui corrigeraient leurs façons d’être et de faire, comme s’ils étaient les uniques responsables de cette situation d’urgence écologique.
    Tout démontre pourtant que l’essentiel des dérèglements écologiques, qui accompagnent maintenant l’accroissement des inégalités sociales, est causé par notre système économique globalisé, mondialisé, ultra-libéralisé et financiarisé. L’emballement de ce dernier depuis plus de 30 ans nous emmène droit dans le mur avec le risque de plus en plus probable de voir notre espèce disparaitre, ou du moins considérablement diminuée d’ici la fin de ce siècle, comme cela se constate pour tant d’autres espèces.vivantes, animales et végétales. Conséquence et potentialité aggravée pour nous les humains à cause des armes que nous ne cessons de construire et qui sur-alimentent tous les conflits qui sur le fond proviennent de plus en plus de problèmes écologiques, comme la réduction de différentes ressources parce que sur-exploitées. Voir par exemple ce dossier sur l’eau sur le blog de la revue Progressistes
    https://revue-progressistes.org/category/dossiers-thematiques/les-formes-de-leau-n22/

    Avec les projets d’Europacity, du T4 de l’aéroport Charles de Gaulle, de la liaison RER Express entre Paris et cet aéroport, avec tant d’autres comme la situation de notre forêt de Montmorency et la casse du service public de l’ONF, voilà autant de causes supplémentaires aux conséquences négatives pour l’environnement et nous-mêmes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.