Enquête publique en cours ! Restons mobilisés et vigilants !

Dans le mois estival qui suit son installation, Madame la maire de Saint-Leu-la-Forêt met un coup de turbo sur les projets immobiliers controversés

Affichage d’un permis pour 74 logements rues du Rû et de Paris, coupe des arbres à l’angle des  boulevards Brémont et Rostand, intégration d’une parcelle de l’îlot Croix Blanche au domaine privé communal… Mais surtout, le projet de logements Bouygues au sud de la gare qui nécessite le déclassement du domaine public des deux parkings rues Gambetta et Louis Blanc…

Ce jeudi 23 juillet 2020 s’est ouverte l’enquête publique portant sur ce déclassement.

Une troisième parcelle de terrain, la BK 281 (la meulière située rue Gambetta face à la gare), est impliquée, mais elle est privée. 

 

Pourquoi cette enquête publique aujourd’hui ? Quelques rappels…

 

En mars 2018, Mme la maire présentait en compagnie de Marc Verrecchia un projet de construction d’immeubles en centre-ville, sur l’îlot de la Croix-Blanche, impliquant la destruction de la salle de la Croix-Blanche, de l’espace Clairefontaine, et un remodelage du Charme au Loup dont une partie se situe sur l’emprise du projet… (voir notre article d’alors)

Après la vive réaction des habitants face à ce projet non concerté sur cet îlot stratégique, le projet a été revu, sans davantage de concertation publique, mais il a donné lieu à une exposition en octobre 2018 (voir notre  article, et notamment le point 12, qui évoque la « salle de spectacle »)

En janvier 2019, Mme la maire annonçait la construction d’une « salle de spectacle » pour remplacer la Croix-Blanche, pour la fin de l’année…

En septembre 2019, le conseil municipal adoptait la délibération qui figure dans le dossier de cette enquête publique et qui donne une idée du projet… 

Juillet 2020 : affichage de l’avis d’enquête publique prévoyant le déclassement du domaine public de ces deux parkings pour la période du 23 juillet au 06 août…

Le 10 juillet, lors du conseil municipal, notre groupe demandait à Mme la maire un report de cette enquête, de manière à favoriser la participation la plus large de la population pour se prononcer sur ce projet. Réponse négative, Mme la maire nous indique que cela ne relève pas de sa décision… C’est pourtant bien son arrêté municipal AR 2020-11 qui établit les dates.

Nous interrogerons M. Dussoulier, commissaire enquêteur, désigné par Mme la maire comme seul décisionnaire du choix de cette période estivale… 

Pourquoi nous sommes opposés à ce projet ? 

 

1) Parce que ce projet semble peu ou mal préparé

Le bref historique ci-dessus est révélateur du fonctionnement de cette majorité. Des opérations opportunistes, au coup par coup, et sans écoute de la population. Pour vendre directement à Marc Verrecchia le trésor foncier que constitue l’îlot Croix-Blanche, patiemment et progressivement préempté par la commune depuis 2006, il faut trouver une solution de remplacement de l’espace culturel existant (la Croix-Blanche). M. Meurant espérait que la salle du deuxième étage de la maison pour tous, actuelle salle du conseil municipal, serait suffisante, mais il est évident que cet équipement ne saurait remplacer la Croix-Blanche… Qu’à cela ne tienne, l’exposition d’octobre présente une salle de remplacement…

2) Parce que le projet immobilier final demeure confidentiel !

A ce jour, la réalité du projet n’est toujours pas dévoilée, et pire, le projet en lui-même n’est pas même consultable dans le cadre de cette enquête qui porte sur le déclassement des deux parcelles… Il apparait clairement depuis lors que la ville navigue à vue et le prétexte à cet ensemble, la future salle de spectacle, ne fait l’objet jusqu’à ce jour d’aucune concertation. Mme la maire nous avait pourtant annoncé à l’occasion de cette exposition une commission extra-municipale dédiée à la rédaction d’un véritable projet culturel. Cela aurait permis d’élaborer un cahier des charges pour l’équipement à venir, qui pourrait bénéficier de subventions dans le cadre d’une politique culturelle concertée… A ce jour, toujours rien, et Mme la maire promet que les associations seront consultées pour les aménagements intérieurs (la couleur des rideaux ?). 

3) Parce que la place réelle d’un espace culturel dans l’ensemble est plus qu’incertaine ? 

La délibération du conseil du 20/09/2019 permet de constater que sur les 4 376 m2 de surface de plancher prévus, seuls 1 310, soit un peu moins de 30%, seront consacrés à des activités tertiaires et de services (dont, mais pas seulement, un espace culturel…) Plus de 70% de l’opération est donc consacrée à du logement, dont une petite part de logement social (806 m2).

Bouygues Immobilier s’apprête donc bien à construire un nouvel immeuble dans cette zone déjà récemment concernée par les projets Davril (Côté Sud) et Verrecchia (Villa Castiglione)… La salle de spectacle n’est pas même mentionnée en elle-même dans le dossier d’enquête soumis à vos avis de citoyens…

Lors de l’exposition de 2018, il n’était pas fait mention de logements dans cette opération (voir l’image alors produite, ci-dessous) 

4) Parce que ce projet va empêcher toute possibilité d’établir un « parvis sud » de la gare, pourtant un emplacement stratégique de liaison  déterminant pour toute la ville !

Après les deux grosses opérations de la rue Gambetta, l’espace disponible à proximité immédiate de ce côté de la gare se réduit à ces deux parcelles… La construction empêchera toute possibilité de création d’un parvis sud pour la gare, pourtant le nœud fondamental de l’avenir des circulations et du développement durable de Saint-Leu-la-Forêt. Ces parcelles étaient auparavant pressenties pour l’aménagement d’une gare routière. Il nous semble primordial, pour une vision responsable, de réfléchir l’ensemble de la ville dans sa globalité, et de ne pas oblitérer les possibilités d’aménagements d’avenir, avec espaces verts, circulations piétonne et cycliste plus fluides (la gare constituant un trait d’union nord-sud indispensable). 

 

Il faut agir dès à présent !

 

Ce projet n’est pas davantage celui des Saint-Loupiens que ne l’est celui de Verrecchia pour le centre-ville, et la majorité fraîchement renouvelée persiste dans ses méthodes en programmant l’enquête publique au cœur de l’été, et sans présenter aux Saint-Loupiens la réalité du projet que Bouygues a en tête. Malgré les congés et l’absence de nombreux habitants, mobilisons-nous massivement pour contribuer à cette enquête et exiger la présentation du projet réel avant la validation du déclassement

 

Comment contribuer à cette enquête ? 

 

Manifestons-nous nombreuses et nombreux pour faire entendre nos voix… Attention ! Nous n’avons que jusqu’au 6 août !

Vous pouvez vous rendre en mairie lors des deux permanences de Monsieur Serge Dussoulier, commissaire enquêteur (c’est l’idéal) soit les mardi 28 juillet 2020 de 14h30 à 17h30 et jeudi 6 août 2020 de 14h30 à 17h30. Ce sera l’occasion d’échanger avec lui sur vos interrogations, vos inquiétudes et vos attentes pour le devenir de ce quartier sud de la gare. A défaut, vous pourrez contribuer sur le registre de l’enquête et consulter le dossier de présentation en mairie du 23 juillet au 6 août aux horaires d’ouverture. Enfin, si vous êtes loin ou pas disponibles, vous avez la possibilité de consulter le dossier en ligne sur le site de la ville, et de contribuer au registre par voie électronique en écrivant un mail à : enquetepublique@saint-leu-la-foret.fr 

Lien vers les éléments du dossier et l’information de la ville

Les premières remarques et questions que nous comptons adresser à monsieur le commissaire enquêteur, que vous pouvez bien sûr reprendre à votre compte, compléter ou critiquer (vos commentaires sur notre site sont les bienvenus !). 

1) Pourquoi cette enquête a-t-elle été programmée en cette période de congés ?

2) Au vu des documents, on comprend que ce déclassement vise une opération immobilière de 4376 m2. Pourquoi le dossier de demande de permis de construire (dont on sait qu’il a été déposé) ne figure-t-il pas dans le dossier de l’enquête ? Notamment en ce qui concerne la partie «  tertiaire et service », dont on ne sait rien ni en termes de programme ni en termes de projet,  mais qui représente 1310 m2 ? 

S’il s’agit d’un programme culturel crucial pour la ville, la moindre des exigences de transparence aurait été d’en montrer les contours dans le dossier d’enquête. Non ?

3) Ce projet immobilier, dans un secteur aussi stratégique que celui de la gare (présenté comme tel dans le PLU), s’inscrit-il dans un schéma d’ensemble pour l’aménagement de ce secteur ? Si oui, pourquoi ce schéma ne figure-y-il pas dans le dossier d’enquête ?

4) Qu’advient-il de la fonction « gare routière » pour les bus desservant la gare qui demanderait, à terme, d’être améliorée (espace d’attente, par exemple, et emplacement de stationnement et de prise en charge) ?

5) Le projet immobilier envisagé ne risque-t-il pas d’empêcher tout aménagement futur de lien piéton de qualité entre le Nord et le Sud de la ville à travers le passage souterrain de la gare existant ?

6) Qu’adviendra-t-il de la belle meulière située sur BK 301 puisque le PLU interdit la destruction de meulière ? 

7) la désaffection du parking public  sans contrepartie côté sud risque de créer des situations de tensions dans le voisinage (stationnement illicite..) ou d’engendrer beaucoup de circulation vers le parking nord qui sera saturé. Qu’est-il prévu pour pallier cela ?

8) Le dossier étant incomplet (pas de permis de construire du projet ), est-il normal de produire une enquête publique sur un projet dont la finalité n’est pas connue ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.